Thursday, June 22, 2006

Goodies

Aprés avoir posté quelques clips sur le myspace de mon ami Slurg et sur les bons conseils de Bachir me voilà décidée à relancer mon blog à l'aide de vidéos vu et revus, bandes VHS usées, et couleurs passées. Je commencerai cette série par un thème qui risque d'en suprendre plus d'un par sa banalité mais qui au final représente bien une période révolue et significative à mes yeux.

Serie Wu tang, Rouen, rue Cauchoise, et les mecs qui se prenaient pour Meth'... ;)


The Genius
"Liquid Swords"
Novembre 1995






Method Man&Mary J Blige
"I'll be there for you/You're all i need to get by"
Avril 1995





Wu Tang Clan
"C.RE.A.M"
Janvier 1994





Raekwon
"Ice Cream"
Septembre 1995






Ol Dirty Bastard
"Brooklyn Zoo"
Février 1995






Wu Tang Clan
"The Mystery of Chessboxing"
1993-1994
(au final, certainement l'un de mes favoris)



Thursday, October 27, 2005

Interlude People



****

Je connais des filles qui flambent seulement parce qu’elles ont mangé une moussaka à deux tables de celle de M.Pokora ou parce qu’elles ont fait la queue en boîte derrière un type qui n’était pas Ariel Wisman mais qui lui ressemblait fortement.

Et moi je m’aperçois que je suis entourée de gens talentueux (pour de vrai, eux) et je fais ma modeste…

Aux chiottes, la modestie :


voici les gens d'un univers musical qui m'est cher et que je suis fière de connaître.

Bachir :
(Photo en haut à gauche)
Je le connais depuis que je suis née.
C’est mon frère.
C’est surtout mon Alter Ego qui, adolescente, m’a emmenée en soirée quand je croupissais dans le département 27 et qui, aujourd’hui, répond sans s’énerver à mes foutus questions existentielles.
Un très bon deejay,
Edutainment tous les samedis soir de 20h à 22h sur HDR 99.1
,au style léger et fluide, il a traîné tard ses sacs de disques,ses mixs et ses kappa dans les ruelles Rouennaises.
L'autorité morale de mon entourage (et sans doute du monde), c'est le parrain, garçon d'honneur etc.. de la tribu, à qui on fait confiance les yeux fermés. Un mec droit, sensible, beau et drôlissime.
Si vous m'croyez pas, Jugez par vous même:
0033 (0) 610570730
Slurg :
(Avec moi sur la photo floutée volontairement, j'attends son feedback pour la publier entièrement)
J’ai l’impression qu’il sait tout. Sans conteste, l'Autorité hip hop de mon entourage (et sans doute du monde).
Tu parles music, il te corrige au Snare près ;
Tu parles Droits de L’Homme, il te rectifie sur le nombre de coups de fouets attribués en Arabie saoudite;
Tu parles de Sienna Miller, il va te dire ce que lui a chuchoté Jude Law dans un club londonien…
Enfin bref il me bluffe toujours. Pour résumer, il a une collection de disques de fou qu’
il sait mixer à merveille et il a le plus bel enfant du monde.

Asko :
en 97, j’ai rencontré ce deejay de Générations en m’incrustant dans les locaux de Radio Nova (un deejay londonien qui passait par là au hasard nous avait gentiment donné le code d'accès) avec mon frère dans le but d’interviewer DJ Clyde. Je suis repartie avec mon interview et Asko comme nouvel ami depuis tout ce temps. Il mixe la funk comme personne et a une voix radiophonique à souhait. En cliquant sur l'icône , vous aurez un apercu video de sa bouille et son look délicieusement 83. (L'année, pas le département).
Kodh :
http://www.djkodh.com/ le site parle de lui-même pour sa présentation...

Fabe :
Même si je n’ai plus du tout de nouvelles de lui, je demeurerai éternellement sur 3 de ses albums...
****
C'était ma liste people et si vous l'aimez pas, allez au diable.

Thursday, October 20, 2005

Monday, October 10, 2005

Sunday, October 09, 2005

Loin


Je me vois en plein coeur d'une arganeraie au sud d'Essaouira. Je vois au loin des arcades bleues et blanches, et une place de marché animée.
Mais là où je suis, le calme règne.
Au milieu de cette arganeraie, je suis bien. Le soleil se lève, la terre est encore fraîche, mes pieds nus foulent le sol humide. Cet endroit possède l'odeur du sud. Et pourtant il se colore pareil à la verdure de mon jardin en Normandie.
La brise me fait frissonner et le soleil levant adoucit mon humeur.
Dans ce jardin, l'air est si délicat que l'on veut le respirer profondèment, lentement. Chaque inspiration nous submerge d'une infinie paix. Mon chat s'amuse à chasser les oiseaux dans les arbres. Il s'arrête de temps en temps pour se rouler là où la terre est poussièreuse.
J'aime toucher l'écorce délicate des arbres alors que mes autres sens sont toujours frôlés par l'odeur de la terre mouillée, le battement d'ailes des oiseaux et le jeu d'ombre auquel se donne le soleil et les feuilles.

J'observe des fruits étranges au goût éternel. Un gôut si subtil qu'il ôte de nos bouches toute l'amertume, la tristesse et la solitude.
Dieu que je suis bien ici. Finalement un doux endroit dont seuls ceux qui vivent dans mon coeur connaissent le chemin.

" illi ! " . Un homme m'appelle.

Mon chat cesse de jouer et me suit, car ceux que j'aime m'attendent pour boire du thé dans mon arganeraie.
Posted by Picasa

Sunday, September 18, 2005

La Conscience de l'Ego


Récemment j'ai fait face à une réalité:

Je suis tellement consciente de mes blessures, que je passe mon temps à tenter de les protéger. Au lieu d'ôter le pansement et laisser la plaie à l'air vif, et l'oublier une fois pour toute, je la cache sous des couches d'ouate, je la maintiens en vie, je la cultive et la sacralise.

Finalement, je suis tellement prête à être blessée, si prête, que je ne fais qu'attendre les coups.

A toujours chercher la face cachée du monde, j'occulte la simplicité des moments de ma vie. Les poings en garde, la perception de mon monde se réduit à ce que mes bras veulent bien me laisser voir. Et je ne vois que des parties de visages, des parcelles de paysages et des extraits de panoramas. Il y a même des jours où, le coude levé, je ne vois que la chair des mes poignets, bien hauts, bien proches.

Mais je réalise en baissant un peu mes bras que chacun est déjà occupé à protéger ses propres blessures.
En fait, qui va s'amuser à chercher ce que je cache sous mes tonnes d'ouates, qui s'en soucie vraiment ? Qui possède assez d'énergie pour chercher les décombres de ma vie et ensuite s'en servir pour me heurter ?
Et je sens par ailleurs que mes bras n'auront jamais la force de garder la pose éternellement.

Je veux voir.

Alors, c'est décidé je baisse ma garde.

Je laisse néanmoins un avis aux malintentionnés :
Même le bras baissé, j'aurai toujours le poing serré.

Posted by Picasa

Wednesday, August 24, 2005

Landsgemeinde


L'Est de Geneve? Posted by Picasa

L'UDC, l'Union Démocratique du Centre, est avec 83'000 membres le parti avec le plus d'électeurs de Suisse. Ce parti se décrit comme "l'unique parti réellement bourgeois de l'échiquier politique helvétique".
L'UDC veut que les citoyennes et citoyens de Suisse puissent décider lors des assemblées communales quels étrangers ils entendent naturaliser et quels étrangers ils ne préfèrent pas naturaliser. Selon leur dire, en interdisant les naturalisations par des votations dans l'urne, le Tribunal fédéral a bouleversé l'"ordre démocratique" de ce pays.

En gros, si vous êtes mal né, une sale face, un peu bête ou pauvre ou alors si votre voisin jalouse votre femme, votre salaire, votre belle gueule, lui, ce gros bêta de voisin, peut décider "objectivement" de votre sort en votant directement contre votre droit d'être un citoyen lambda. Alors qu'à deux pas, dans le village d'à côté, peut-être que votre voisin aurait pu être sympa et vous aurait même amené une bonne bière fribourgeoise un jour de match.
Mais dans votre bled, vous êtes destinés à jouer les léches-cul ou les larbins avec tous les ploucs du village, jusqu'à obtention du petit passeport rouge. Ensuite, par pure logique, vous les flinguez un par un, pour vous laver de cette humiliation, et vous purgerez le restant de vos jours en prison...pas grave, au moins vous ferez ce séjour avec un passeport suisse tout neuf, même pas corné.
Une democratie directe ok, mais ca fait quoi quand votre avenir sort directement de la bouche de 50 000 gros cons?

Les Suisses utilisent le terme de "référendum" pour un vote populaire visant à remettre en question un texte de loi déjà approuvé par l'Assemblée fédérale. Si une personne ou un groupe s'opposant à la nouvelle loi réussit à récolter 50 000 signatures dans les 100 jours qui suivent sa publication officielle, les électeurs ont le pouvoir de décider.

L'UDC comportant 83 000 membres, le fascisme est à portée d'urne.
Google